• Laura

Mes 10 meilleurs outils pour les parents

La Discipline Positive propose une large gamme d’outils pour les parents – 52 au dernier comptage-. Et ça, c’est parce que vous les parents, vous êtes les experts de votre propre famille. Moi, je voulais vous donner mes 10 meilleurs outils actuels – ceux que j’utilise chez moi TOUT le temps, et pourquoi je pense qu’ils sont si performants… Donc, sans plus tarder, les voici : 1) Comprendre le Cerveau. La compréhension des bases du fonctionnement de mon cerveau et de ceux de mes enfants a été une révélation pour moi. Quand j’enrage, alors je ne peux physiquement avoir accès à mon cerveau raisonnable. Alors, premièrement, je dois prendre soin de moi-même et me sentir mieux, avant d’essayer de trouver des solutions. Dr Dan Siegel a modélisé cette idée en utilisant sa main - et voici une de mes collègues avec une vidéo, ou vous pouvez trouver des versions pour enfants .

2) Connexion avant Correction. Quand mes enfants sont en train de faire quelque chose que je ne souhaite pas qu’ils fassent, alors j’ai besoin d’abord de me connecter avec eux. Cela peut se faire soit en me mettant à leur niveau, et/ou en créant un contact physique et visuel. Ensuite, je leur explique ce que je souhaite. Et, de la même manière, lorsque je souhaite que quelqu’un mette la table, il est nécessaire que j’aille les chercher dans leur chambre pour leur demander, plutôt que de les héler depuis le rez de chaussée pour qu’ils descendent de l’étage ! Vous détestez quand vos enfants crient ‘Maman !’ depuis une autre pièce et souhaitent que vous abandonniez ce que vous faites pour venir ici, juste pour vous informer qu’ils ont détesté les haricots verts de la cantine à midi !! Devinez quoi - nos enfants apprennent de ce que nous faisons (c’est encore des infos de l'outil 'comprendre le cerveau') plutôt que ce que nous disons – et ils imitent nos comportements. Donc, je dois montrer l’exemple. 3) les Réunions de Famille. Il s’agit de la principale clé pour résoudre les problématiques rencontrées par notre famille. Nous avons un ordre du jour fixé sur le mur où chacun peut ajouter des points. Nous commençons par partager des encouragements puis nous réfléchissons à des solutions pour nos problématiques. Nous utilisons également ce moment pour planifier les sorties et vacances. Actuellement, les dimanche matins sont le moment privilégié pour ses réunions autour d’un second petit déjeuner.


En 2017, nous avons effectué un roadtrip au Royaume Uni (ici, le blog de notre aventure !) et nous nous réunissions alors quotidiennement – En effet, quand vous vivez dans 11 m2 à 5 personnes, il y a beaucoup de choses à dire !


4) La roue des choix : J’utilise cet outil autant à la maison et dans les classes. Il s’agit d’une façon de rendre autonomes et indépendants les enfants – leur permettre de trouver des solutions par eux-mêmes. Donc, dans une salle de classe, nous discutons sur les façons de se sentir mieux, quand nos 'couvercles ont sauté', et ensuite nous écrivons 7 ou 8 idées sur une roue des choix mise à disposition dans un espace dédié. Par exemple ‘Respirer un grand coup, compter jusqu’à 10, aller marcher un peu’. Pour d’autres idées, vous pouvez regardez ici. A la maison, il est possible de créer une roue des choix pour les tâches ménagères – il s’agit d’un façon joviale de répartir le travail ! 5) La croyance derrière le comportement. Je reviendrai à ce sujet car il nécessiterait que je lui consacre une longue explication. Mais, en une seule phrase – quand j’essaie de comprendre le comportement de mon enfant, je regarde mes propres réactions afin d’analyser ce qui l’a conduit à ce mauvais comportement ou à une réaction inappropriée. Je pense vraiment qu’il faut que je dédie un post à ce sujet ! 6) Les tâches ménagères. Adler nous apprend que nous recherchons tous ‘appartenance et sens’ et une façon de montrer à nos enfants qu’ils sont capables, est de leur faire confiance dans les tâches quotidiennes – du pliage des lessives à poster un courrier, de mettre la table à jardiner – ils contribuent ainsi à la vie en famille. Cela les aide à appartenir, cela leur donne des responsabilités et ils apprennent à être utiles. Si je reviens sur notre expérience en camping car- Mes enfants ont appris comment fixer un auvent, câbler une prise électrique, ils étaient très forts pour faire la lessive et ranger. Cela ne voulaient pas dire qu’ils adorent faire les corvées ( nous parlerons de comment faire le suivi à un autre moment) ou qu’ils savaient réaliser ces tâches parfaitement au début (il est nécessaire de prendre du temps pour leur montrer) mais cela signifie que ces tâches doivent être réalisées pour le confort familial et que c’est non-négociable. Et cette participation ne donne pas lieu à de l’argent de poche ! De plus, si vous recherchez des argument pour commencer à mettre en place cette répartition des corvées, des études sur une longue période de Marty Rossman de l’université du Minnesota montre que donner aux enfants des travaux ménagers dès le plus jeune âge peut avoir un impact positif sur sa vie adulte – prise de responsabilité – confiance – amour propre – voire des postes mieux payés ! 7) Résoudre les difficultés. Si vous êtes déjà venu voir une de mes conférences, j’ai probablement commencé par expliquer que je suis venue à pratiquer la Discipline Positive grâce à l’école de mes enfants, qui la mettait en œuvre. Nathanaël, alors qu’il avait 4 ou 5 ans, nous expliqua un soir qu’il s’était faché avec son grand frère. Et, au lieu de nous demander de punir son frère, il est venu avec une liste de solutions positives. Ma mâchoire tomba, je cessa ce que j’étais en train de faire et commença ma découverte de la Discipline Positive ! Alors, à quoi cela ressemble. Pour nous, lorsque nous sommes dans une réunion de famille et que quelqu’un soulève un problème, on se met en cercle et chacun peut proposer différentes solutions. TOUTES les suggestions sont notées et ensuite, on décide la meilleure solution à mettre en place. At this point, I decided to check in with my husband, and see which ones he thinks we use lots at home - It amused me to discover we only had one 'Top 10' in common - Understand The Brain'!! I don't know if this shows we use lots of tools, or if we parent differently, but here are a couple of his favourites: ---- Une fois rédigés ces 7 points, j’ai décidé de discuter avec mon mari afin de voir quels sont les outils, d’après lui, les plus utilisés à la maison. C’était amusant de découvrir que nous avions un seul « top 10 » en accord- Comprendre le cerveau !!!- Je ne sais pas si cela montre que nous utilisons beaucoup d'outils ou bien si nous exerçons différemment le rôle de parent, mais voici donc place à ces outils favoris.

8) Limiter la durée des écrans. Actuellement, nous sommes d’accord pour l'equivalent de 30 minutes de temps passé devant un écran, par jour, par enfant. Pour certains d’entre vous, cela doit sembler trop, pour d’autres, pas suffisant. Cela n’a pas vraiment d’importance. Le point le plus important est la ‘limite’. Nous, en temps que parents, décidons la durée maximale de temps d’écran que nous accordons aux enfants. Nous l’expliquons à l’enfant et validons avec lui (selon leurs activités, pour certains, c'est 45 mins un jour, puis 15 minutes le lendemain). Nous écrivons sur un document le temps accordé et l’accord est collé sur le mur pour que tout le monde puisse le voir. Nous utilisons des alarmes/ timers visuels pour faire appliquer les limites. En effet – et vous pouvez faire confiance à mes nombreuses expériences- les laisser gérer seuls les limites ne fonctionne pas avec les choses aussi addictives que les jeux vidéos !


9) Temps de pause positif ( un endroit pour se sentir mieux). Ma plus jeune a une boîte spéciale avec un lot « d’outils » lui permettant de gérer ces émotions, comme par exemple une peluche, des feutres, des images sur les émotions, des bouteilles sensorielles ( comme celle-ci, très sympa à fabriquer). Quand elle se sent mal à propos de quelque chose, elle se rend sous les escaliers et cherche sa boîte afin de trouver quelque chose qui va la réconforter. Mon second va écouter de la musique en se couchant sur son lit ou bien va lire un livre.

10) Les erreurs sont des opportunités pour apprendre. Je pense que ce point, pour moi, représente la différence majeure entre ce que j’ai appris enfant (à l’école, à la maison, partout) et ce que je souhaite que mes enfants sachent. Je souhaite que mes enfants sachent qu’on peut faire des erreurs, que nous avons besoin de faire des erreurs pour grandir et apprendre et, quand on fait une erreur, on la répare (en disant pardon / en réparant / nettoyant) et alors, nous passons (tous) à autre chose. Bonus. J’imagine que vous souhaitez savoir quel est l’outil qui est le plus gros challenge pour moi? C'est 'ne pas avoir le dernier mot! Oui, je travaille encore sur celui-là! Je n’ai pas encore laissé tomber le besoin d’avoir le dernier mot ;-) Si vous souhaitez connaître la cinquantaine d’outils, ils sont sur le blog de l’association de Discipline Positive Américaine.

0 views
NewPDABadge.jpg
discipine positive laura atack france paris
  • Instagram

©2019 by Laura Atack Positive Discipline.  Based in the Paris region.
Siret: 802 540 872 00024.  Privacy Notice